Les techniques de chasse

Le boycott

La méthode la plus courante reste celle du boycott. Il suffit de dresser les habitants de la forêt contre lui et d’affamer le GROZOZIO pour détruire tout son biotope. Plus de clients, plus de pognon, plus de pognon, plus de ZOZIO. Alors on peut faire la farandole en chantant des chansons artisanes, commerçantes, paysannes, citoyennes, militantes, locales et du pays et en poussant des cris de joie bien mérités.

La chasse au rapace

requiert une connaissance particulière des moeurs du GROZOZIO. Elle consiste à exacerber les tensions entre lui et ses congénères sur un territoire donné. Le GROLEUK par exemple est une bestiole très territoriale et qui se sent chez elle partout. Le pouvoir de prédation de ces rapaces-là est si fort que se sentant attaqué, il peut se jeter sur le GROZOZIO et le dévorer tout cru. Personnellement nous rechignons à employer cette technique parce qu’elle oblige le chasseur à manger les restes du GROLEUK comme un charognard; on a sa fierté tout de même !

La technique réglementaire

remplit rarement la besace. En général le GROZOZIO, être fourbe et méfiant par excellence, possède suffisamment d’appuis, de cire-pompes et de laquais dans les arcanes des médias, de la justice et du pouvoir pour se sortir les plumes des procès. Mais, si elle est menée par des experts, cette technique permet parfois de belles prises.

L’attaque à la Cosaque

consiste à prendre d’assaut le GROZOZIO avec des fourches et des pieux, tout raser et foutre le feu en poussant des cris terribles. C’est efficace mais nécessite une conviction à toute épreuve. L’avantage: le GROZOZIO est déjà «usclat» !

Le harcèlement

une technique simple et qui ne met pas en jeu de gros moyens consiste à envoyer régulièrement au nid du GROZOZIO un courrier très désagréable pour lui signifier qu’on ne l’aime pas, mais alors pas du tout. Normalement il se met à déprimer, il dépérit et crève lamentablement au bout de quelques mois dans la plus grande solitude. L’inconvénient de cette technique est que la chair du GROZOZIO possède alors une amertume tenace qu’il est possible cependant d’atténuer en le flambant avec 150 litres d’Armagnac hors d’âge.

Quelle que soit votre technique de prédilection, la persévérance est la clef de la réussite. Nul doute que votre quête sera couronnée de succès !